Bordeaux : Quand la périphérie prend le métro !

Mis à jour : 3 mai 2019

Reproche souvent fait par les habitants de l’extérieur de Bordeaux : « Le métro, ce n'est que pour les Bordelais ! » Et pourtant le projet de métro proposé par l’association Métro de Bordeaux n’est que l’offre urbaine d’un réseau beaucoup plus vaste, les Trains Express Métropolitains (TEM), empruntant les infrastructures ferroviaires irriguant l'aire urbaine. Un métropolitain de Parempuyre ou même un Libournais pourraient ainsi rejoindre le centre de Bordeaux en métro-train sans correspondance : une révolution pour les 1,2 million d’habitants de l’aire urbaine de Bordeaux !



Le métro viendra prolonger en souterrain les infrastructures ferroviaires, qui sont aujourd'hui en impasse et sous-exploitées

Libourne – Place Gambetta sans changer de train

Le train express métropolitain (TEM) est un train empruntant les infrastructures ferroviaires existantes aujourd’hui autour de Bordeaux puis plongeant en sous-sol pour desservir le centre-ville comme le ferait un métro. Les gares et les voies existent déjà autour de Bordeaux, seul le réseau de métro et les stations restent à construire. Un usager pourrait ainsi quitter la gare SNCF de Libourne et rejoindre la place Gambetta sans changer de train avec des temps de transport sans correspondance et sans équivalent.


Exemples de temps de parcours, avec et sans métro

Une alternative crédible à la voiture !

Aujourd’hui 50% des trajets quotidiens sur la métropole de Bordeaux se font en voiture. L’enjeu est de convaincre ceux qui ont fui les transports faute d’infrastructures ou d’offre suffisamment compétitive en termes de temps, de confort et de fiabilité. Sa couverture territoriale, son cadencement, sa capacité font du TEM et du métro des alternatives crédibles à la voiture pour les habitants de la périphérie. Ce report de la voiture vers le TEM pourrait également soulager la rocade et résoudre en partie cet autre problème de transport que rencontre la métropole.


Le réseau de Trains Express Métropolitains (TEM)


Décongestionner le réseau de tramway

Le TEM, lorsqu’il devient métro dans le centre de Bordeaux, peut transporter 12 000 voyageurs par heure et par sens à 35 km/h contre seulement 6 400 pour le tramway à une vitesse de 18,5 km/h actuellement à Bordeaux. Le TEM préserve l’espace public lorsqu’il devient métro souterrain et ne connaît ni ne provoque de conflits d’usage sur son parcours. Le TEM est donc un mode de transport parfaitement dimensionné et fiable pour répondre aux enjeux de croissance qui attendent la métropole. Nombre de métropolitains préfèreront alors ce mode de transport dont le tracé desservira les zones à forte densité. Le réseau de tramway ne sera plus la colonne vertébrale du réseau. Moins sollicité, il retrouvera ses atouts de confort et de fiabilité pour assurer un maillage fin du territoire.


Un modèle qui existe déjà

Des trains mixtes qui empruntent tantôt les infrastructures ferroviaires tantôt les infrastructures métro, cela existe déjà en Europe. C'est notamment le cas à Barcelone ou encore à Bilbao. Dans ces deux agglomérations, le métro prolonge les infrastructures ferroviaires périphériques sous la ville centre. Cela permet de mailler le réseau de transport en commun dans l'hypercentre tout en améliorant la desserte des périphéries. L'interopérabilité des réseaux évite enfin le développement d'un réseau à deux vitesses, avec des RER rapides, capacitifs, en périphérie, qui déverseraient leurs voyageurs sur un réseau urbain saturé, de plus en plus lent et de moins en moins fiable.

L'exemple barcelonais est d'autant plus intéressant qu'il renseigne sur le matériel roulant qui pourrait être utilisé à Bordeaux. Il faudrait à Bordeaux un train apte à rouler sous du 1500V CC avec un pantographe sur des voies à écartement standard. C'est précisément le cas à Barcelone qui utilise des trains conçus par Alstom et CAF. Bordeaux devra se tourner vers un matériel qui sera en outre apte à accoster à des quais de 550mm de haut, soit la hauteur standard des quais des gares françaises. Bombardier et Stadler ont justement construit ce genre de trains légers qui permettent tout à la fois de desservir la périphérie via les infrastructures ferroviaires existantes et le centre-ville grâce à de nouvelles infrastructures. Karlsruhe est ainsi équipée de ces trains légers qui circuleront prochainement en souterrain sous le centre de l'agglomération.


Métro-train de Barcelone

0 vue