top of page
  • Photo du rédacteurDavid

Pourquoi le tram rame et a besoin d'un métro ?

Depuis 2018, notre association le dit : le tram ne peut plus être la colonne vertébrale du réseau de transport en commun et a besoin d’un métro. Mais que se passe-t-il au juste avec le tram ? C’est l’incompréhension chez les Bordelais face à la dégradation du service et la colère gronde. Les chiffres le confirment aussi : entre 2014 et 2019 le nombre de pannes a bondi de 103%. Inauguré il y a seulement 20 ans, la colonne vertébrale du réseau TBM transporte aujourd’hui 400 000 voyageurs par jour sur l’un des plus grands réseaux de tramway français (82km). Et pourtant cette infrastructure de 2 milliards d’euros est à la peine. À la fois trop grand et trop petit le tramway a du mal à rester fiable tout en répondant à la hausse croissante de la fréquentation dans la 6e métropole française la plus peuplée. Explications.


Plus une ligne est longue plus la probabilité d’un incident est importante.

Un colosse aux pieds d'argile

La taille du réseau bordelais est sa plus grande vulnérabilité. Aujourd’hui le réseau de tramway Bordelais est un des plus grand de France après l’Île-de-France et Lyon. Loin d’être une performance, cette taille est le résultat d’un développement démesuré au-delà des seuils de pertinence qui rend le réseau vulnérable. Plus une ligne est longue plus la probabilité d’un incident est importante. Les rames ne pouvant pas se doubler, chaque problème impacte toute la ligne et c’est la paralysie. À Bordeaux les 4 lignes de tramway font en moyenne 20 km chacune et jusqu’à 28 km pour la A ce qui est énorme.


La taille du réseau rend aussi le tramway moins compétitif que la voiture. Les lignes sont trop grandes ce qui allonge les temps de trajet. À Bordeaux le tram chemine également dans un espace urbain en tension (vélos, voitures, piétons, bus…) l’obligeant à réduire sa vitesse et le rendant encore moins attractif que la voiture et parfois même que la marche.


Le tramway est comme un hamster dont on ferait tourner la roue trop vite. Il s’épuise, trébuche, se relève et repart.

Trop petit pour suivre la cadence

Le tramway est comme un hamster dont on ferait tourner la roue trop vite. Il s’épuise, trébuche, se relève et repart. Cette roue qui tourne trop vite c’est la population de la métropole qui augmente et avec elle la fréquentation du tramway. Pour satisfaire la demande TBM augmente le nombre de rames et leur fréquence jusqu’à atteindre les limites physiques du réseau. C’est ce qui se passe depuis plusieurs années et qui explique la situation que nous connaissons aujourd’hui. Les rames roulant plus que prévu sur les rails, l’infrastructure comme le matériel roulant connaissent une usure prématurée occasionnant de nombreuses pannes et des travaux. L’augmentation des fréquences accroit également la vulnérabilité du tramway vis-à-vis de son environnement (conflits d’usage, ralentissements) avec pour conséquences des interruptions plus nombreuses. Les prévisions de l’aurba publiées en 2011 annonçaient déjà une hausse de 40% du nombre de voyageurs sur le réseau de tramway d’ici 2030 et nous n’y sommes pas encore !  Des heures plus difficiles attendent sans doute notre tramway pour continuer de répondre à cette fréquentation croissante.


En devenant la colonne vertébrale du réseau, le métro absorbera une grosse partie de la hausse de la fréquentation et donnera de l’air au tramway.

Un métro pour soulager le tramway

Depuis 2018, l’association Métro de Bordeaux, milite pour la construction d’un métro souterrain automatique en site propre intégral qui ne serait donc ni soumis aux aléas de surface, ni à la pénurie de conducteurs que connaissent actuellement les bus et le tramway. Un métro peut transporter 15 000 voyageurs par heure et par sens - c’est deux fois plus qu’un tramway - à une vitesse régulière de 35 km/h (18km/h pour le tramway). En devenant la colonne vertébrale du réseau, le métro absorbera une grosse partie de la hausse de la fréquentation et donnera de l’air au tramway qui demeure malgré tout un mode de transport pertinent. Le tramway pourra alors assurer un service plus fiable et plus régulier.


La commande en 2023 par la Métropole d’une étude d’opportunité sur le métro est une bonne nouvelle. Cette étude devrait être livrée en 2024 et donnera lieu ensuite à un débat animé auquel l’association Métro de Bordeaux participera en espérant que le projet aboutisse.


 
À lire aussi

Comentários


bottom of page