top of page
  • Photo du rédacteurAnatole

Réaménagement des boulevards : un piège pour les usagers

Le 27 novembre dernier, l’association Métro de Bordeaux était présente à la réunion participative sur le réaménagement des boulevards organisée par Bordeaux Métropole. Ce cycle de réflexion qui s’amorce semble en décalage dans une ville confrontée à la saturation et à la dégradation de son réseau de transport en commun. Dans ces conditions, la requalification d’un axe majeur sans proposer de solutions alternatives crédibles de transport mène les usagers dans une impasse.


Urbanistes, élus et usagers : des visions divergentes

La concertation qui démarre a pour enjeu sous-jacent de créer un compromis entre des visions divergentes, celle des urbanistes et élus, et les attentes du grand public. Alors que les urbanistes et élus envisagent des boulevards apaisés et végétalisés proches des idéaux romantiques du 19e siècle faisant des boulevards une promenade, le grand public a des attentes plus pratiques répondant à ses contraintes logistiques et économiques (stationnement, circulation…) Ce sont donc deux visions qui s’opposent sur le devenir de ces boulevards.


 ...ces réflexions se limitent à une approche en deux dimensions, négligeant des solutions de transport plus efficaces telles que le métro

Une réflexion superficielle éludant les grands enjeux de mobilité

Le réaménagement des boulevards fait la part belle à des choix d’ordres esthétique et idéologique, le tout semblant masquer les défis liés aux mobilités. Les principes majeurs du projet incluent la végétalisation, la réduction de l'espace dédié à la voiture au profit des piétons, vélos et transports en commun (bus), ainsi que la revitalisation des quartiers environnants. L’enjeu de cette opération est donc de mieux partager l’espace urbain. Cependant ces réflexions se limitent à une approche en deux dimensions, négligeant des solutions de transport plus efficaces telles que le métro, qui permettrait de gagner de la place en surface.


...il est difficile de tout caser dans une largeur des boulevards de 25 mètres, l’exercice relève souvent du casse-tête et s’avère même souvent impossible.

Faire rentrer un éléphant dans un trou de souris

Les réunions se déroulent sous forme d'ateliers, permettant aux citoyens de contribuer à une maquette représentant une section des boulevards. Arbres, trottoirs, pistes cyclables, places de stationnement, voies de bus, voies pour voitures, il est difficile de tout caser dans une largeur des boulevards de 25 mètres, l’exercice relève souvent du casse-tête et s’avère même souvent impossible. Le cadre imposé par Bordeaux métropole ajoute à cette difficulté. Les discussions restent limitées, se concentrant sur des aménagements déjà préconçus. Les idées disruptives sont tolérées, mais tout en restant dans des limites prédéfinies, excluant ainsi une réflexion approfondie sur des infrastructures de transport plus conséquentes qui permettraient de résoudre les problèmes de place qui se posent aux participants.


...la métropole se précipite à requalifier un axe majeur sans réflexion d’ensemble sur la ville ni de proposition d’alternative crédible à la voiture.

Exemple de restitution sur maquette d'un groupe de travail lors de la réunion du 27 novemvre 2023


Absence d’une réflexion d’ensemble sur la ville

Le réaménagement des boulevards semble pour le moins en décalage avec les enjeux d’une ville en pleine croissance dont le sujet des mobilités ne peut plus se satisfaire de demi-mesures. Le réseau de transport montre déjà des signes alarmants de saturation et d’usure et la métropole se précipite à requalifier un axe majeur sans réflexion d’ensemble sur la ville ni de proposition d’alternative crédible à la voiture. Les usagers seront sans doute les grands perdants de cette marche forcée les contraignants à choisir entre les bouchons, des transports en commun lents, peu fiables et saturés, et enfin le vélo pour ceux qui le pourront. 


Ce projet des boulevards, axé avant tout sur l’esthétique, ne saurait camoufler longtemps cette problématique qui grandit au fur et à mesure que Bordeaux refuse de traiter le sujet des mobilités comme il convient.

Comentários


bottom of page