TRACé de la ligne M2

Secteur ouest :

Offrir une alternative à la desserte du campus

Et faciliter l'accès à l'aéroport

La ligne M2 s’élance de la station Pessac centre qui dessert la gare de la commune. Elle bénéficie des travaux d’ores et déjà réalisés par la région y amener les TER venant du Médoc. La station Pessac centre est connectée à la ligne B qui traverse le campus universitaire. Nombre d’étudiants ont pris l’habitude de prendre le tramway à Unitec plutôt qu’à Montaigne-Montesquieu pour être certains de pouvoir monter dans le premier tramway à se présenter. L’association de la ligne B du tramway et de la ligne M2 proposera ainsi une alternative rapide et réelle aux étudiants devant la congestion des tronçons centraux du tramway. Un étudiant qui habiterait le quartier de la place Gambetta pourrait ainsi privilégier la ligne M2 et une correspondance avec la ligne B à Pessac centre pour rejoindre l’ouest du campus plutôt que de laisser passer plusieurs rames à la station Gambetta pour utiliser la seule ligne B. Cela bénéficierait plus sûrement encore à un étudiant habitant la rive droite qui doit aujourd’hui faire une correspondance à Hôtel-de-Ville. Avec la ligne M2, cet étudiant ferait plutôt une correspondance à Pessac centre pour rallier très rapidement, en métro, la rive droite.

Le métro emprunte l’infrastructure nouvelle du triangle des échoppes avant de circuler sur la ligne de ceinture. La ligne M2 atteint alors la station Fontaine d’Arlac, sur la commune de Mérignac. Cette station assure une correspondance avec les lignes M1 et A. Grâce à cette correspondance, évaluée à 5min, la ligne M2 permettrait de relier l’aéroport depuis Gambetta en 32min, à une vitesse de 35km/h dans le centre et de 60km/h sur la ceinture ferroviaire.

La ligne court encore sur plusieurs centaines de mètres sur la ceinture ferroviaire avant de plonger sous le parc de Bourran pour rejoindre la station souterraine de Bourranville, commune au quartier bordelais de Caudéran et à Mérignac. Au regard de l’implantation propre à la station, elle peut être traitée comme un terminus partiel permettant une fréquence renforcée sur le tronçon central de la ligne M2. C’est également à partir de cette station que peut être envisagé le passage à la conduite automatique. À cette station, une dernière correspondance est assurée avec la ligne M1 sur la ceinture ferroviaire. Avec une station à Bourranville, le métro peut aussitôt s’orienter sur un axe est-ouest en suivant la voirie, ce qui n’aurait pas été possible en utilisant l’infrastructure de la gare de Caudéran-Mérignac. À partir de là, le métro suit le tracé de l’actuelle liane 1.

Secteur centre :

desservir un axe historique très dense

Après la station Bourranville, le métro file sous les avenues de Mérignac et d’Arès et s’arrête à la station Mondésir, elle aussi à cheval entre Mérignac et Bordeaux. À proximité de la station se situe la mairie annexe de Mérignac, des opérations d’urbanisme récentes, avenue de la Marne à Mérignac, ainsi qu’un espace sous-exploité aujourd’hui puisqu’il s’agit du parking d’un supermarché.

La ligne M2 pénètre ensuite sur le territoire de la seule commune de Bordeaux, via l’avenue de la République. La station Bel-Air est implantée au carrefour de l’avenue de Bel-Air et de la rue de la République. Se trouvent ainsi connectés au métro, une clinique de 120 lits, le jardin de Lussy et des équipements sportifs.

Le métro croise les boulevards au niveau de la barrière judaïque, qui donne son nom à la station de métro adjacente. La station Barrière judaïque dessert la cité administrative et assure une correspondance avec le TCSP qui sera implanté sur les boulevards.

L’axe de la rue judaïque est respecté par le métro qui atteint ainsi la station Piscine judaïque, située au niveau de la place de Tartas. L’environnement du métro devient plus contraint mais la place devrait permettre la réalisation de la station dans de bonnes conditions. Le choix de la place Tartas s’explique par le fait qu’elle permet l’implantation d’une station équidistante de la précédente et de la suivante. Elle dessert ainsi le cœur de ce quartier enserré entre les cours et les boulevards et cet équipement public majeur qu’est la piscine judaïque-Jean Boiteux. Elle présente l’avantage en outre d’être situé à 300m à peine du nord de Mériadeck. Une alternative se présente cependant avec une station située 180m en amont, au niveau de la place du Capitaine Dutertre. Cette place est certes plus grande que celle de Tartas mais elle est aussi plus proche de la station Barrière judaïque. Dans l’hypothèse où elle accueillerait la station de métro Piscine judaïque, la desserte du quartier paraîtrait donc plus déséquilibrée, laissant la station suivante à près d’1km.

Évoluant toujours sous la rue judaïque, le métro gagne la place Gambetta où se situe la station de correspondance avec la ligne M1, la ligne B du tramway et la ligne de BHNS de Saint-Aubin-de-Médoc, Gambetta. Cette station est également en correspondance avec la ligne D du tramway dans l’hypothèse d’un maillage du réseau de tramway via les allées de Tourny et l’infrastructure de la ligne B.

Le métro emprunte ensuite le cours de l’Intendance puis le cours du Chapeau rouge et arrive à la station Place de la Bourse, au niveau de la place Jean Jaurès. La ligne M2 est ainsi connectée à la ligne C et à nouveau à la ligne D du tramway. La construction de la station et du tunnel doit être conciliée avec l’existence d’un parking souterrain. À l’image de ce qui est envisagé pour la place de la Victoire dans le cadre de la ligne M1, le parking de la place de la Bourse verrait sa capacité réduite afin de permettre l’implantation de la ligne M2. Ses niveaux seraient réaménagés pour garantir une utilisation optimale du volume. La mise en service du métro, qui dessert très rapidement à la fois l’hypercentre et la périphérie apparaît comme une juste compensation des places de stationnement ainsi perdues. Il peut être rappelé que la vitesse d’une voiture n’est que de 22km/h selon l’Enquête Ménages Déplacements (EMD) de 2009 réalisée par la CUB quand le métro circulerait à une vitesse moyenne de 60km/h sur les voies de ceinture et de 35km/h ailleurs.

Secteur est :

Offrir un nouveau franchissement central du fleuve

et une alternative à la ligne A

La ligne M2 traverse le fleuve proposant une nouvelle liaison entre le centre-ville historique et la rive droite. Bien sûr, cette liaison est d’ores et déjà proposée par les bat3 mais leur capacité est sans commune mesure avec la capacité d’une ligne de métro. La traversée en bat3 demande par ailleurs plus de temps, sans compter les fréquences relativement faibles, de même que l’amplitude horaire. En tout état de cause, les bat3 ne peuvent représenter une alternative à la ligne A du tramway et à la mise en place d’un métro. Le métro dessert la station Bastide, sous les allées Serr. Le lieu renaît comme un lieu de passage alors que c’est ici, gare de Bastide-Orléans, qu’arrivaient les premiers trains en provenance de Paris. Mais le principal intérêt de la station est surtout de desservir les premières opérations d’urbanisme de grande envergure que le quartier a connu au XXIe siècle. De plus, elle n’est qu’à une centaine de mètres de la station Stalingrad de la ligne A du tramway.

Toujours en souterrain, la ligne utilise les friches ferroviaires du quartier Niel, qui est le siège d’une deuxième station sur la Bastide. La station Niel dessert l’opération d’urbanisme éponyme. Elle bénéficierait aux étudiants de l’Université de Bordeaux et aux élèves scolarisés dans les établissements du quartier, soit plus de 8 600 usagers en 2030.

Après être sortie de terre et avoir croisé les embranchements guidant vers le garage atelier métro/tram de la Bastide, la ligne rejoint finalement son terminus, Galin. Elle se trouve ainsi reliée à la ligne A du tramway, avec laquelle elle partage le parc-relais. Ce dernier pourrait d’ailleurs être agrandi à cette occasion. Le terminus de la ligne pourrait s’envisager comme une véritable gare. Elle serait le terminus de certains trains de l’Entre-deux-Mers. Tous les trains en provenance de l’Entre-deux-Mers n’ont en effet pas vocation à continuer au-delà de la station Galin en utilisant l’infrastructure de la ligne M2. Cette gare permettrait en outre d’assurer une régulation efficace et une transition entre la conduite manuelle et la conduite automatique. Un autre de ses intérêts est de desservir l’opération d’urbanisme « Brazza ».