idée reçue #7

Il faudrait déjà bien faire

rouler les tramways !

Le problème du tramway, c'est qu'il est extrêmement sollicité. L'augmentation continue de la fréquentation depuis 2003/2004 participe de la congestion des rames, qui sont donc mises à rude épreuve. Pour soulager les rames, la Métropole a considérablement augmenté la fréquence du tramway. Il a donc fallu acheter de nouvelles rames, les faire circuler, les entretenir. Autant de coûts qui n’étaient initialement pas prévus.

 

Cela a eu aussi pour conséquence de solliciter davantage l'infrastructure (par nature fragile avec l'alimentation par le sol notamment sur les lignes A et B). Chaque rame sollicite en moyenne 150 fois par jour ses batteries. Christophe Duprat, ancien vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports, soulignait même que le « réseau tourne à plein régime ».

 

Dans ces conditions, infrastructures et matériel roulant s’usent plus vite. Les pannes sont donc de plus en plus nombreuses : entre 2014 et 2018, le nombre de pannes a augmenté de 146 % ! Tout cela engendre évidemment des surcoûts (travaux, réparation, manque à gagner, exploitation de bus de substitution...). Alors que chaque kilomètre de tramway coûte aujourd’hui à la Métropole près de 11€ (+37 % entre 2008 et 2018), les métropoles de Rennes, de Toulouse et de Lyon dépensent toutes moins de 8,5€ par kilomètre de métro !

Et la situation sur le réseau TBM devrait encore de dégrader en raison de l'attractivité de Bordeaux. D’ici 2030, c’est entre 270 000 et 345 000 usagers supplémentaires par jour qui sont attendus sur le réseau, soit une augmentation de 50% au moins.

Dans ces conditions, il est impossible de "bien faire rouler les tramways". Il faudrait d'abord soulager le tramway. C'est justement l'objectif du métro !