Le métro va transformer l'espace public

Construire un métro c'est l'opportunité de poursuivre la transformation de la ville : donner plus de place aux piétons et aux vélos, apaiser et aérer l'espace public... Le tramway a entamé cette transformation, le métro permettra de répondre aux aspirations de la métropole de 2030. Explications.



Un mode de transport peu encombrant...

L'occupation de l'espace public due au métro lorsqu'il évolue en souterrain est limitée aux infrastructures d'accès aux stations : totems, ascenseurs et escaliers. Avec moins de circulation en surface, l'espace public peut alors être réaffecté aux autres usages urbains et particulièrement aux modes doux de déplacement.

... l'espace public peut alors être réaffecté [...] particulièrement aux modes doux de déplacement.

La réaffectation de l'espace public peut être expérimentée dès la phase de travaux. La réalisation d'une tranchée couverte, qui consiste à creuser depuis la surface, suppose d'occuper l'espace public le temps des travaux et de repenser les flux de circulation, automobile notamment. Cette expérimentation peut être pérennisée une fois que l'espace public est définitivement libéré. La construction de la ligne A du métro de Lyon, réalisée en tranchée couverte en raison du sous-sol lyonnais, a ainsi donné lieu à la fermeture de la rue de la République à la circulation automobile. Alors que cette artère importante devait être rouverte à la circulation automobile à l'issue des travaux, les commerçants ont défendu l'idée d'une rue piétonne. C'est cette idée qui a finalement prévalu.

Rue de la République - Lyon

A Bordeaux, la réalisation du métro peut également être l'occasion de réduire encore la place de la voiture tout en proposant une alternative plus rapide aux automobilistes. Si la vitesse commerciale du tramway n'atteint pas les 15km/h au centre, celle du métro dépasse les 30km/h.


... au profit des piétons et des cyclistes

Le tramway a certes permis de réaménager l'espace public mais il a aussi créé de nouveaux conflits d'usages, notamment avec les modes doux de déplacement. L'intérêt de la solution métro est de ne pas surcharger l'axe traversé par un moyen de transport lourd et très fréquent.

... le tramway a créé de nouveaux conflits d'usages, notamment avec les modes doux de déplacement.

Ces conflits d'usages ont eu pour conséquence une limitation de la vitesse du tramway au centre de l'agglomération. Ils limitent également les réaménagements possibles. Des raisons de sécurité interdisent ainsi de planter des arbres en pleine terre sur le cours de l'Intendance. La verbalisation des cyclistes empruntant les voies du tram sont également un exemple des nouveaux conflits d'usages. Ces derniers peuvent parfois être moins anecdotiques.

A Karlsruhe, connue pour son modèle basé sur le tramway, l'encombrement de l'espace public résultant de l'augmentation des fréquences du tramway (pourtant plus léger qu'à Bordeaux) et la dégradation de ses performances ont d'ailleurs convaincu les autorités à réaliser deux sections souterraines. Cette reconquête de l'espace public bénéficie aux modes doux de déplacement.

La "Kombilösung" à Karlsruhe

Une reconquête de l'espace public

dans l'air du temps

Il est vrai que tous les métros en France n'ont pas donné lieu à des réaménagements aussi ambitieux que la rue de la République à Lyon. La réalisation du métro de Toulouse ne s'est pas accompagnée de réaménagements importants. Cette problématique n'est apparue que récemment à Toulouse. Mais est-ce à cause du métro ? Non, l'explication est à rechercher dans le contexte. Dans le contexte du métro de Toulouse, dont les études précèdent largement l'an 2000, le réaménagement de l'espace public n'était pas une question centrale pour le développement d'un projet de transport en commun. Elle ne l'est devenue qu'ultérieurement. L'absence de réaménagements conséquents dans le cadre du métro de Toulouse n'est donc que le témoin d'une certaine époque.

... la pauvreté des aménagements autour de la première ligne du tramway de Nantes est frappante.

Et c'est d'ailleurs à cette même époque qu'est né le tramway de Nantes. Or à Nantes aussi, bien qu'il s'agisse d'un tramway, la première ligne réalisée n'est pas accompagnée d'importants réaménagements. Encore aujourd'hui, la pauvreté des aménagements autour de la première ligne du tramway de Nantes est frappante.


Quai de la Fosse - Nantes

En revanche, avec la ligne b du métro de Rennes, en cours de réalisation, la priorité est donnée aux piétons et aux modes doux avec l'extension du plateau piétonnier et la restructuration du plan de circulation dans le centre-ville.

Orientation retenue de reconquête de l’espace public du centre- ville de Rennes (source : Rennes Métropole)

La réalisation d'un métro à Bordeaux ne s'oppose absolument pas à des réaménagements des artères empruntées puisque cela ne dépend pas du mode de transport mais des aspirations de la population.






2,749 vues1 commentaire